Actualité

Mutation de l’infirmier de Djidji : Un acte dont nous ne saluerons jamais assez les instigateurs

Alain Zadi Djegoue ; Avant tout propos, j’adresse mes condoléances à la diaspora de Bricouli en France ainsi qu’à toute la communauté du Grand Ziki de France pour la disparition du frère Maxime Djakpa ce dimanche 05 avril 2020. Que son âme repose en paix!

Si vous êtes fatigués de commenter le départ définitif de monsieur Djè Bi de notre centre de santé, pas moi. Je souhaite à notre ex infirmier un bon voyage et j’espère qu’il arrêtera de narguer sa population d’accueil.

Je veux que nous parlions encore et encore de cette mutation parce qu’elle est est pour la population de Djidji un véritable événement. Jamais un fonctionnaire n’avait autant nargué ses patients. Mais il est événementiel parce qu’à travers lui nous regardons tous les autres fonctionnaires qui se comportent comme ils le souhaitent dans nos villages. Nous ne voulons pas le départ des fonctionnaires de chez nous, car ils nous sont très utiles. J’ai été moi moi-même fonctionnaire ailleurs en Cöte d’Ivoire, et je ne suis pas le premier à vouloir que nos structures étatiques soient vidées de leur animateurs. Mais je tiens absolument a ce que s’arrêtent les comportements indécents de certains d’entre eux. Et c’est pour moi k’occasion de revenir sur l’epineux problème des logements gratuits non entretenus par leurs locataires. Je veux que notre chef central par interim profite de ses prérogatives pour mettre de l’ordre cette situation.

Je trouve en effet tout à fait inadmissible, voire honteux, de voir un fonctionnaire gratuitement logé dans un village où il a les denrées alimentaires moins chères qu’en ville , se foutre complètement de l’état de dégradation avancé de ce logement sans y apporter la moindre réparation. Allez voir les wc et douches de certains de nos fonctionnaires et vous serez déçus. Il y en a même dont les toitures sont soutenues par des morceaux de briques. Il suffit de penser que ceux- là ont une indemnité de logement et vous avez envie de les chasser.

Je salue donc madame le sous-préfet de Djidji, le chef des chefs Zabehi Prosper Dido ainsi que monsieur le directeur départemental de la santé publique pour avoir enfin débarrassé mon peuple du richissime homme d’affaires qui se cache derrière une carrière d’infirmier d’Etat.
Ce n’est pas finit.

cliquez pour ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top