Actualité

La première révolte d’esclaves

Ce jour, le 18 octobre 1526, une suite d’événements à commencé, qui ont rapidement mené à la première révolte d’esclaves dans ce qui est maintenant les États-Unis continentaux.

Lucas Vasquez de Ayllon, riche espagnol de Saint Domingue (maintenant la république dominicaine) était partie vers l’Amérique du Nord continentale plus tôt dans l’année, accompagné de 500 hommes et femmes espagnoles et de 100 esclaves d’Afrique, ainsi que de nombreux chevaux, médecins et prêtres. Après quelques mésaventures en mer, il avait finalement établi un campement à côté d’une rivière (probablement à Sapelo Sound, maintenant la Géorgie) qui avait été nommée San Miguel de Guadalupe.

Les esclaves africaines avaient alors reçu l’ordre de bâtir des maisons. Les colons avaient loupé la saison de la plantation, donc tout le monde devait avoir un rationnement de la nourriture, l’équipage étant ravagé par des épidémies. Le 18 octobre Ayllón était mort de maladie inconnue. Son successeur était à Puerto Rico, donc une bataille pour sa succession était arrivée entre deux rivaux aristocrates.

En novembre, avec le chaos chez les colons, les personnes en esclavage s’étaient évadées, avaient mis le feu aux habitations, et s’étaient enfuies dans des villages de natives américaines, vivant avec elles. Un groupe de Colombo avait bien essayé d’aller vivre dans un village de natives américaines proches, pour prendre leur nourriture.

Mais les personnes indigènes avaient rapidement perdu patience, et après avoir célébré les colons pendant plusieurs jours, les avaient finalement mis à mort, une nuit. Plus tard dans le mois, les 150 Espagnols qui avaient survécu avaient pris la fuite.

Mais les personnes africaines, précédemment en esclavage, étaient restées vivre avec les personnes indigènes qui, comme l’historien William Loren Katz le déclare : « les avaient accueillies comme des sœurs, des frères et de la famille ». Plus est à apprendre au sujet de l’esclavage et des rébellions contre cela dans les Amériques dans ce livre (attention, livre en anglais) :

The American Crucible: Slavery, Emancipation and Human Rights – Robin Blackburn

image : peintures de colons espagnols qui rencontrent les natives américaines.

cliquez pour ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top