Actualité

Elle s’appelait Phillis

“Elle s’appelait Phillis, parce que c’était le nom du bateau qui l’avait amenée et wheatley, qui était le nom du marchand qui l’avait achetée. Elle est née au Sénégal. A Boston, les négriers la mettent en vente :
“Elle a sept ans! elle sera une bonne jument !”


Elle a été sentie, nue, par de nombreuses mains.
A treize ans, elle écrivait déjà des poèmes dans une langue qui n’est pas la sienne. Personne ne croyait qu’elle en était l’auteur. A l’âge de vingt ans, Phillis a été interrogée par un tribunal de dix-huit hommes éclairés en robes et perruques.

Elle devait réciter des textes de Virgile, Milton et quelques passages de la bible et elle devait aussi jurer que les poèmes qu’elle a écrits, n’étaient pas plagiés.


D’une chaise, elle a fait son long examen, jusqu’à ce que le tribunal l’accepte : c’était une femme, elle était Khadhor’, elle était esclave et elle était poète.

Phillis Wheatley, à été la première écrivain(e) Khadhor’ américaine à publier un livre aux États-Unis.

Waooh, juste incroyable!

laradiodusavoir www.mayouricampus.com

cliquez pour ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top