Actualité

DJIDJI DE FRANCE / Réception de la sous-préfète : les allocutions

Photo : Zadi Alain

[Première intervention : Monsieur Lobé Aka Charles, Président de l’Ajezif]

Merci, Je voudrais dans ce moment dire merci à mes parents, qui sont tous venus pour accueillir notre illustre hôte, Mesdames, Mademoiselle et messieurs,

Chère madame la sous-préfète, permettez au nom de mes parents et à mon nom propre, vous souhaitez « Ayokah Yidja » sinon la bienvenue.

Votre arrivée chère madame, nous a mis du baume au cœur ! La diaspora Ziki en France vous sait une Sebroko qui signifie une grande dame en Ebrié. nous pensons, nous savons que votre présence ici en France nous amènera vers une nouvelle période.

Vous êtes la clé entre l’administration Ziki et sa diaspora parce que vous êtes la toute première depuis la nuit des temps à rendre visite à cette diaspora qui aspire au développement de sa région.

La sous-préfecture de djdji dont vous avez la gestion à la plus grande superficie que regorge la région de Zikisso cela montre l’immensité de la tâche qui est la vôtre et qui nous amène à compter sur vous. Nous voulons à travers cette mobilisation vous signifier notre gratitude et de ce fait, vous demander d’être parmi ceux qui veulent faire et non ceux qui veulent être.

Encore merci,

Que Dieu vous couronne !

Vive le peuple Ziki !

Vive la diaspora Ziki pour que vive la sous-préfecture de Djidji dans le Zikisso composite.

[Deuxième intervention : Ablé Solange, Présidente de l’Afdf]

Je n’ai pas grand-chose à dire : monsieur lobé le président de Ziki a déjà tout dit, je ne fais que vous dire merci, merci d’être venue, un grand merci à madame la sous-préfète d’être parmi nous aujourd’hui, d’ailleurs vous me connaissez mais il y a des gens qui ne me connaissent pas si je suis là aujourd’hui c’est parce que je représente quand même Djidji en tant que présidente des filles de djidji en France, c’est pour cela que le micro m’a été donnée.

Je vous remercie d’être venue pour me soutenir.

Merci beaucoup.

[intervention : Séboua Clément, maître de cérémonie]

Elle a certainement fait l’économie de vous le dire mais les filles de Djidji ont financé un préau à l’hôpital de Djidji, et je pense que l’ouverture de l’hôpital aura lieu en août. On reviendra là-dessus tout à l’heure, lors des échanges. Nous allons désormais passer à la troisième intervention, qui est celle du président Thomas, président de l’association des ressortissants de Djidji en France, cet homme qui a piloté ce projet avec vous bien sur, les membres de son bureau, avec les personnes de toutes bonnes volontés. Le projet principal dans son programme était la venue de notre sous-préfet.

La sous-préfète est arrivée dieu merci, en plus c’est une dame, parce que nous venons au monde par une dame. Elle a effectué le déplacement de djidji, jusqu’à Paris, c’est donc un grand honneur qu’elle nous fait. Nous allons donc passer la parole au président pour qu’il puisse vous dire Ayoh Yidja.

Photo : Abia Estelle

[Troisième interventions : Zatchi Abia Thomas, Président de l’Ardspf]

Madame le sous prefet,

Monsieur le chef du village

Monsieur les président des associations

Chers parents,

Chers doyens,

Honorable invités,

Soyez les bienvenus à notre invitation,

Avant tout propos, Madame le sous préfet, je voudrais vous demander, parce que dans notre communauté ici en France, pendant ces derniers temps, nous avons perdu beaucoup de personnes et je pense sincèrement que s’ils étaient présents aujourd’hui parmi nous, ils seraient heureux, très heureux de voir notre sous-préfet, le fruit de leur travail, je veux parler de feu Nassoua Gnakalé Grégoire, Tayoro Joachim et j’en passe, ainsi, je voudrais vous demander humblement que nous nous mettions debout pour observer une minute de silence.

Je vous remercie.

Madame le sous préfet, depuis votre arrivée à Djidji le 3 février 2017, nous avons espérer-vous rencontrer un jour, pour partager avec vous, pour échanger avec vous. C’est dans ce cadres que la date du 10 août avait été fixé pour que tous les enfants de cette sous-préfecture se retrouvent pour que nous partagions ce moment avec vous.

Malheureusement à une semaine de la fête, la cérémonie a été annulée, on ne sait jusqu’au aujourd’hui pour quelle raison, je dirais sans raison valable.

Ainsi, nous communautés de France, nous avons appris, que vous m’avez appelé, que vous veniez  passer vos vacances en France ici parmi nous, j’ai donné la nouvelle à mes compatriotes et cela nous a réjouis parce que cela nous donnait cette occasion que nous avons tant rêvé de partager ce moment avec vous. Madame le sous-préfet, je voudrais souligner devant les parents ici présents que votre arrivée sur votre lieu d’affectation ici à Djidji a été contribué par nos frères et sœurs ici présents parce qu’ils tiennent  à cœur le développement ici chez nous, pour que votre affectation soit effective, nous avons levé des fonds aujourd’hui pour que les bureaux, les locaux, les logements qui vous accueillent aujourd’hui soient réuni par la communauté de Djidi, je voudrais leur dire un grand merci, un grand merci au bureau sinon à l’association qui a conduit ses travaux.

En 2016, à la fin de l’année ayant appris qu’on a eu l’information des nominations et des affectations des administrateurs, on n’a pas voulu rater cette occasion, tout le monde a mis la main à la poche, tout le monde s’est mobilisé pour achever ses bureaux. Parmi cette assemblée, il y a des personnes anonymes qui nous ont soutenues par leurs prières et par leur pensée et nous sommes arrivées à finir ce travail-là, je leur dit encore merci.

Je voudrais finir par mes propos que j’avais tenus le jour de la passation des charges entre vous et Mr Kassoum l’ex-sous-préfet de Zikisso centre, le 3 février 2017 j’avais dit devant mes parents qu’après 40 ans d’attente, notre sous-préfet était là. Mais le plus dur venant de commencer et j’avais ajouté que j’avais foie en eux et qu’ensemble on pouvait relever les défis qui se dresseraient devant nous. Je voudrais réitérer pour leur dire qu’on peut-être opposé à plusieurs niveaux ainsi va la société mais il y a un minimum l’intérêt général d’une communauté ou d’un peuple en un mot, ainsi il n’y a plus de bord et tout le monde se met ensemble pour défendre cet intérêt en commun.

C’est en cela que j’invite mes parents, qu’il faudrait qu’on se mette ensemble pour relever les défis à Djidji et même dans la grande région de Zikisso.

Je vous remercie.

————-

Intervention : Sous-préfète, N’Goua Chantal

Monsieur Douto de Gnablé, Mr Tagbo,

Monsieur Abia Armel, président de l’Association des ressortissants de la sous-préfecture de Djidji en France,

Madame, monsieur les présidents et présidentes des associations ici en France, tous en vos rangs, grades et qualités,

Je suis particulièrement heureuse de nous voir tous réunis ce jour, 22 décembre 2018, je voudrais vous remercier d’avoir pris de votre temps pour honorer de votre présence cette cérémonie.

Mes remerciements vont tous particulièrement au membre du comité d’organisation qui ont mis tout en œuvre pour que cette rencontre soit une réalité, mes remerciements vont également à tous les administrés des sous-préfectures de Gagoré et de Zikisso qui ont bien voulu se joindre à nous.

Photo : Abia Estelle

Enfin, je voudrais adresser mes remerciements aux braves dames qui ont déjà posé des actes de bienfaisance à l’endroit des populations de la nouvelle sous-préfecture de djidji. Je voudrais citer Madame Djédjé Prisca, présidente de l’ADEA qui s’occupe de l’entretien des centres de santé dans tout le Ziki, Madame Adèle GNADOU initiatrice de la construction du collège public de Djidji, Madame Valérie qui nous a donnés un local servant de dispensaire au village de Gnabley, Madame Zokou Solange présidente de l’AFDF qui nous a construit un préau qui sera inauguré, je crois en août à Djidji, madame Laurence Séri ; mille mercis, mesdames pour ce que vous faites pour notre sous-préfecture, que Dieu vous le rende au centuple et qu’il fasse naître beaucoup de personnes comme vous, s’agissant de notre sous-préfecture elle a été crée par le décret  N°2010-2013 du 25 août 2010 et ouvert le 3 février 2017 par moi, N’Gouan Chantal, votre premier sous-préfet.

La sous-préfecture de Djidji, compte 13 villages regroupés à ce jour en 7 villages que sont, je cite : Gogohouri, Douseba, Béssaboa, Krikpoko, Godou, Gnabley et Djidji. Parlant des villages de ma circonscription administrative, je voudrais inviter mes administrées de Gogohouri et de Douseba à prendre part activement à la construction de notre sous-préfecture car  le développement de notre sous-préfecture nécessite l’union et l’entente de tous. L’objectif de ma rencontre est de vous sensibiliser, de vous exhorter à adhérer massivement à la construction de notre sous-préfecture.

Ne restez pas en marge de cette marge de notre sous-préfecture vers le développement, en un mot, il y a beaucoup à faire pour que notre sous-préfecture ressemble à une ville.

C’est pourquoi je voudrais inviter les uns et les autres à faire de l’union, l’entente et la paix, leur seconde religion car la seule guerre qui mérite d’être menée aujourd’hui, c’est celle du développement de notre chère sous-préfecture.

À Djidji, les services requis pour assurer la sécurité et un meilleur encadrement des populations aux fins de permettre à celles-ci de jouir pleinement du fruit de leur activité n’existent pas, à savoir une Brigade de Gendarmerie Nationale.

À cet égard, je voudrais vous faire partager une préoccupation qui me tient à cœur, celle de l’entretien et de la mise en valeur des lots des terrains attribuer dans la ville de Djidji, j’invite dès à présent tous les détenteurs des lots non mis en valeur où insuffisamment mise en valeur à prendre toutes les dispositions nécessaires afin de se mettre en règle vis-à-vis des personnes en vigueur en la matière pour que la localité de Djidji ait l’allure d’une véritable ville belle et accueillante où les services et établissements que j’ai cités plus haut puissent s’installer, être ouverts et animés par des personnes qui pourraient avoir des logements dans la cité.

Au total la circonscription administrative de Djidji demeure un vaste chantier à construire. Il est donc d’une absolue nécessité, mes chers administrés de répondre tous ensemble et de concert aux fins d’amorcer véritablement le développement harmonieux et durable de notre circonscription, cela est possible, mes chers administrés car une nouvelle ère est ouverte pour notre sous-préfecture, comme vous le dites à tout instant, vous avez attendu 40 ans pour avoir un sous-préfet, alors montrez aux yeux de tous, de tous ceux qui vous ont vues attendre l’ouverture de votre sous-préfecture que vous êtes prêts et que vous êtes déterminés à amorcer son développement avec le sous-préfet que je suis et ce en travaillant la main dans la main dans l’union et l’entente.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire, belle, réconcilié et pacifié !

Pour que vive la sous-préfecture de Djidji promise à un avenir radieux !

Au travail mes chers administrés,

Je vous remercie,

Retranscription : Gnd. Zh.

cliquez pour ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top